Nouvelles recettes

Au bovin ou pas au bovin

Au bovin ou pas au bovin


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Pour un pays où le lait est un élément courant dans les réfrigérateurs ménagers, une publication scientifique récente associant une consommation élevée de lait à une durée de vie plus courte et à des taux accrus de fractures osseuses (à la manière de l'ostéoporose) est porteuse de mauvaises nouvelles.

Mais même si l'étude a stimulé le principe de précaution avant la publication de cette étude particulière, le lait de vache en a polarisé beaucoup.

Photo de l'utilisateur de Flickr Guy Montag

Vous avez trop de lait ?

Alors que les connaissances traditionnelles vantent le lait de vache comme le Saint Graal des aliments contenant du calcium, d'autres opinions donnent également du flak de lait pour la même raison. Bien que le lait soit présenté comme l'un des meilleurs moyens pour les personnes, en particulier les enfants, d'obtenir du calcium et d'autres nutriments essentiels, la quantité idéale de calcium à consommer n'est pas claire.

Intercalés parmi les connaissances communes selon lesquelles le calcium est nécessaire pour des os solides, il y a des affirmations selon lesquelles les recommandations actuelles en matière d'apport en calcium peuvent être trop élevées. Une étude publiée en 2008 suggère que le maintien d'un apport élevé en calcium peut en fait avoir un effet néfaste sur la santé des os.

Photo de Sarah Joh

Considérations environnementales

Aux questions relatives aux impacts négatifs potentiels du lait sur la santé s’ajoutent celles des impacts environnementaux du lait. En termes d'utilisation de l'eau (une préoccupation de premier plan, surtout compte tenu de l'état de sécheresse de la Californie), le lait de vache s'avère être un mal plus grand que certains de ses cousins ​​non laitiers. La production de lait de soja, par exemple, nécessite beaucoup moins d'eau que la production de lait de vache.

Photo de l'utilisateur de Flickr Ilja Klutman

L'essor des laits alternatifs

Au cours des dernières années, les laits alternatifs à base de plantes ont gagné en nombre de fans, ce qui fournit une force significative qui s'ajoute à l'examen minutieux du lait de vache. Le lait d'amande est actuellement le lait en vogue. Qu'il recouvre les étagères des épiceries partout ou qu'il remplace le lait de soja qui remplace le lait de vache dans les cafés, le lait d'amande est l'alternative que vous pouvez désormais trouver partout. Pour une bonne raison aussi : il contient moins de sucre et des graisses plus saines. En savoir plus sur tous les laits alternatifs ici.

Photo de Sarah Joh

Mais, en fin de compte, si nous devons ou non supprimer les produits laitiers de notre alimentation dépend de ce dont nous avons besoin dans notre alimentation en premier lieu. Parce que ce que nous mangeons diffère d'un individu à l'autre, les besoins nutritionnels que nos aliments doivent satisfaire diffèrent également d'un individu à l'autre. Si un apport en calcium trop ou trop faible vous préoccupe, notez que de nombreux laits alternatifs sont enrichis de calcium et d'autres nutriments pour rendre sa teneur en nutriments comparable à celle du lait de vache. Et quelle que soit la teneur en calcium, les laits alternatifs contiennent souvent des additifs tels que des sucres et des épaississants.

Photo de l'utilisateur de Flickr Jonathan Lin

La variété ajoute sans doute du piquant à la vie quotidienne, donc avoir le luxe de choisir le type de lait que vous voulez avec votre bol de céréales du matin n'a rien à redire. Pourtant, malgré la nature effrayante des nouvelles concernant le lait de vache, évitez de jeter ce pot de lait dans vos égouts et de passer définitivement des laits laitiers aux laits végétaux.

Alors que la science suggère que la composition nutritionnelle du lait n'est pas sans défauts, gardez à l'esprit que la modération est la clé de la santé. Jusqu'à ce que des recherches supplémentaires corroborent que boire du lait de vache sera directement responsable des futures fractures osseuses, prenez votre bol de céréales et de lait du matin - et profitez-en aussi.

La publication To Bovine or Not to Bovine est apparue en premier sur Spoon University.


Epicurious de Conde Nast annonce qu'il ne publiera plus de recettes de bœuf en raison des préoccupations climatiques

Epicurious est la base de données de recettes appartenant à Conde Nast qui a vraiment aidé à façonner les ressources de cuisine sur Internet en tant que véritable pionnier. C'est dans ce même rôle de pointe qu'il a annoncé lundi qu'il ne publierait plus de nouvelles recettes qui incluent du bœuf comme ingrédient dans un contexte de préoccupations croissantes concernant le changement climatique.

La politique a été adoptée il y a quelque temps mais n'a été annoncée que cette semaine Dans un article publié lundi, l'éditeur d'Epicurious a expliqué le raisonnement derrière la fin des nouvelles recettes de bœuf.

Nous croyons que ce que nous cuisinons, et comment nous le cuisinons, est une action puissante que n'importe qui peut prendre pour lutter contre le changement climatique. Notre mission chez Epicurious est de fournir une inspiration culinaire. Les idées de dîner que nous suggérons font souvent leur chemin de nos cuisines à la vôtre. S'abstenir de viande bovine signifie que nous pouvons utiliser nos ressources pour concentrer nos recettes sur des aliments plus respectueux du climat. Notre espoir est que plus notre couverture est durable, plus la cuisine américaine deviendra durable.

Plus tard, dans la même FAQ, Epicurious cite un expert en développement durable pour expliquer pourquoi la réduction de la consommation de bœuf peut avoir un réel impact sur l'environnement. « Le bétail contribue au changement climatique de plusieurs manières », déclare Sujatha Bergen du Conseil de défense des ressources naturelles a déclaré à Epicurious. “La première voie implique la quantité massive de maïs et de soja cultivés pour nourrir le bétail. "Il est cultivé à l'aide de pesticides et d'engrais, qui sont en fait produits à l'aide de combustibles fossiles - nous les appliquons partout dans le maïs et le soja que nous utilisons pour nourrir le bétail."

Il poursuit ensuite l'explicateur :

Le deuxième problème survient lorsque les vaches digèrent cette nourriture : via les éructations et les flatulences (oui, dans cet ordre), les vaches libèrent du méthane dans l'atmosphère. Et le méthane est un pollueur climatique particulièrement puissant, note Bergen. "C'est en fait environ 80 fois plus puissant en tant que pollueur climatique que le dioxyde de carbone", dit-elle. "C'est donc un autre endroit où [les vaches] produisent beaucoup, beaucoup de pollution climatique."

Lorsque cet aliment passe par la vache et finit par devenir du fumier, cela reste problématique. Et c'est la troisième contribution des vaches au changement climatique : épandu dans les champs ou stocké dans les lagunes, le fumier libère à la fois du protoxyde d'azote et du méthane dans l'atmosphère. En fait, le fumier est responsable d'environ 12 % des émissions totales de gaz à effet de serre du secteur agricole américain.

L'annonce d'Epicurious intervient à un moment où la consommation de bœuf est devenue un problème pour les médias conservateurs désireux de présenter l'administration Biden sous le jour le moins favorable, que ce soit vrai ou non.

Le week-end dernier, l'hôte de Fox Business et ancien conseiller économique de Trump Larry Kudlow suggéré que le président Joe Biden allait limiter le nombre de hamburgers que les Américains pouvaient consommer avec une sorte d'étrange mandat mensuel de viande. qui a suscité au moins une correction publique.

Il est vrai que la communauté scientifique constate que le gaz méthane libéré par les millions de vaches élevées et abattues pour une demande mondiale de bœuf a un effet délétère sur l'environnement en accélérant l'effet de serre qui provoque le réchauffement climatique. Il est également vrai que le Green New Deal cherche à limiter la quantité de viande de bœuf consommée, mais c'est très loin d'une politique à adopter, voire jamais.

Si les critiques devaient trouver quelque chose avec lequel ils pourraient contester ici, c'est qu'Epicurious ne fait vraiment rien de matériel en ne promettant aucune nouvelle recette de bœuf. S'ils étaient plus sérieux au sujet de la limitation de la consommation de bœuf, ils supprimeraient les recettes, mais vu qu'ils ne le sont pas, il semble qu'ils soient plus intéressés à signaler la vertu de leur préoccupation et à ne pas agir comme un catalyseur de changement environnemental.


Epicurious de Conde Nast annonce qu'il ne publiera plus de recettes de bœuf en raison des préoccupations climatiques

Epicurious est la base de données de recettes appartenant à Conde Nast qui a vraiment aidé à façonner les ressources de cuisine sur Internet en tant que véritable pionnier. C'est dans ce même rôle de pointe qu'il a annoncé lundi qu'il ne publierait plus de nouvelles recettes qui incluent du bœuf comme ingrédient dans un contexte de préoccupations croissantes concernant le changement climatique.

La politique a été adoptée il y a quelque temps mais n'a été annoncée que cette semaine Dans un article publié lundi, l'éditeur d'Epicurious a expliqué le raisonnement derrière la fin des nouvelles recettes de bœuf.

Nous croyons que ce que nous cuisinons, et comment nous le cuisinons, est une action puissante que n'importe qui peut prendre pour lutter contre le changement climatique. Notre mission chez Epicurious est de fournir une inspiration culinaire. Les idées de dîner que nous suggérons font souvent leur chemin de nos cuisines à la vôtre. S'abstenir de viande bovine signifie que nous pouvons utiliser nos ressources pour concentrer nos recettes sur des aliments plus respectueux du climat. Notre espoir est que plus notre couverture est durable, plus la cuisine américaine deviendra durable.

Plus tard, dans la même FAQ, Epicurious cite un expert en développement durable pour expliquer pourquoi la réduction de la consommation de bœuf peut avoir un réel impact sur l'environnement. « Le bétail contribue au changement climatique de plusieurs manières », déclare Sujatha Bergen du Conseil de défense des ressources naturelles a déclaré à Epicurious. “La première voie implique la quantité massive de maïs et de soja cultivés pour nourrir le bétail. "Il est cultivé à l'aide de pesticides et d'engrais, qui sont en fait produits à l'aide de combustibles fossiles - nous les appliquons partout dans le maïs et le soja que nous utilisons pour nourrir le bétail."

Il poursuit ensuite l'explicateur :

Le deuxième problème survient lorsque les vaches digèrent cette nourriture : via les éructations et les flatulences (oui, dans cet ordre), les vaches libèrent du méthane dans l'atmosphère. Et le méthane est un pollueur climatique particulièrement puissant, note Bergen. "C'est en fait environ 80 fois plus puissant en tant que pollueur climatique que le dioxyde de carbone", dit-elle. "C'est donc un autre endroit où [les vaches] produisent beaucoup, beaucoup de pollution climatique."

Lorsque cet aliment passe par la vache et finit par devenir du fumier, cela reste problématique. Et c'est la troisième contribution des vaches au changement climatique : épandu dans les champs ou stocké dans les lagunes, le fumier libère à la fois du protoxyde d'azote et du méthane dans l'atmosphère. En fait, le fumier est responsable d'environ 12 % des émissions totales de gaz à effet de serre du secteur agricole américain.

L'annonce d'Epicurious intervient à un moment où la consommation de bœuf est devenue un problème pour les médias conservateurs désireux de présenter l'administration Biden sous le jour le moins favorable, que ce soit vrai ou non.

Le week-end dernier, l'hôte de Fox Business et ancien conseiller économique de Trump Larry Kudlow suggéré que le président Joe Biden allait limiter le nombre de hamburgers que les Américains pouvaient consommer avec une sorte d'étrange mandat mensuel de viande. qui a suscité au moins une correction publique.

Il est vrai que la communauté scientifique constate que le gaz méthane libéré par les millions de vaches élevées et abattues pour une demande mondiale de bœuf a un effet délétère sur l'environnement en accélérant l'effet de serre qui provoque le réchauffement climatique. Il est également vrai que le Green New Deal cherche à limiter la quantité de viande de bœuf consommée, mais c'est très loin d'une politique à adopter, voire jamais.

Si les critiques devaient trouver quelque chose avec lequel ils pourraient contester ici, c'est qu'Epicurious ne fait vraiment rien de matériel en ne promettant aucune nouvelle recette de bœuf. S'ils étaient plus sérieux au sujet de la limitation de la consommation de bœuf, ils supprimeraient les recettes, mais vu qu'ils ne le sont pas, il semble qu'ils soient plus intéressés à signaler la vertu de leur préoccupation et à ne pas agir comme un catalyseur de changement environnemental.


Epicurious de Conde Nast annonce qu'il ne publiera plus de recettes de bœuf en raison des préoccupations climatiques

Epicurious est la base de données de recettes appartenant à Conde Nast qui a vraiment aidé à façonner les ressources de cuisine sur Internet en tant que véritable pionnier. C'est dans ce même rôle de pointe qu'il a annoncé lundi qu'il ne publierait plus de nouvelles recettes qui incluent du bœuf comme ingrédient dans un contexte de préoccupations croissantes concernant le changement climatique.

La politique a été adoptée il y a quelque temps mais n'a été annoncée que cette semaine Dans un article publié lundi, l'éditeur d'Epicurious a expliqué le raisonnement derrière la fin des nouvelles recettes de bœuf.

Nous croyons que ce que nous cuisinons, et comment nous le cuisinons, est une action puissante que n'importe qui peut prendre pour lutter contre le changement climatique. Notre mission chez Epicurious est de fournir une inspiration culinaire. Les idées de dîner que nous suggérons font souvent leur chemin de nos cuisines à la vôtre. S'abstenir de viande bovine signifie que nous pouvons utiliser nos ressources pour concentrer nos recettes sur des aliments plus respectueux du climat. Notre espoir est que plus notre couverture est durable, plus la cuisine américaine deviendra durable.

Plus tard, dans la même FAQ, Epicurious cite un expert en développement durable pour expliquer pourquoi la réduction de la consommation de bœuf peut avoir un réel impact sur l'environnement. « Le bétail contribue au changement climatique de plusieurs manières », déclare Sujatha Bergen du Conseil de défense des ressources naturelles a déclaré à Epicurious. “La première voie implique la quantité massive de maïs et de soja cultivés pour nourrir le bétail. "Il est cultivé à l'aide de pesticides et d'engrais, qui sont en fait produits à l'aide de combustibles fossiles - nous les appliquons partout dans le maïs et le soja que nous utilisons pour nourrir le bétail."

Il poursuit ensuite l'explicateur :

Le deuxième problème survient lorsque les vaches digèrent cette nourriture : via les éructations et les flatulences (oui, dans cet ordre), les vaches libèrent du méthane dans l'atmosphère. Et le méthane est un pollueur climatique particulièrement puissant, note Bergen. "C'est en fait environ 80 fois plus puissant en tant que pollueur climatique que le dioxyde de carbone", dit-elle. "C'est donc un autre endroit où [les vaches] produisent beaucoup, beaucoup de pollution climatique."

Lorsque cet aliment passe par la vache et finit par devenir du fumier, cela reste problématique. Et c'est la troisième contribution des vaches au changement climatique : épandu dans les champs ou stocké dans les lagunes, le fumier libère à la fois du protoxyde d'azote et du méthane dans l'atmosphère. En fait, le fumier est responsable d'environ 12 % des émissions totales de gaz à effet de serre du secteur agricole américain.

L'annonce d'Epicurious intervient à un moment où la consommation de bœuf est devenue un problème pour les médias conservateurs désireux de présenter l'administration Biden sous le jour le moins favorable, que ce soit vrai ou non.

Le week-end dernier, l'hôte de Fox Business et ancien conseiller économique de Trump Larry Kudlow suggéré que le président Joe Biden allait limiter le nombre de hamburgers que les Américains pouvaient consommer avec une sorte d'étrange mandat mensuel de viande. qui a suscité au moins une correction publique.

Il est vrai que la communauté scientifique constate que le gaz méthane libéré par les millions de vaches élevées et abattues pour une demande mondiale de bœuf a un effet délétère sur l'environnement en accélérant l'effet de serre qui provoque le réchauffement climatique. Il est également vrai que le Green New Deal cherche à limiter la quantité de viande de bœuf consommée, mais c'est très loin d'une politique à adopter, voire jamais.

Si les critiques devaient trouver quelque chose avec lequel ils pourraient contester ici, c'est qu'Epicurious ne fait vraiment rien de matériel en ne promettant aucune nouvelle recette de bœuf. S'ils étaient plus sérieux au sujet de la limitation de la consommation de bœuf, ils supprimeraient les recettes, mais vu qu'ils ne le sont pas, il semble qu'ils soient plus intéressés à signaler la vertu de leur préoccupation et à ne pas agir comme un catalyseur de changement environnemental.


Epicurious de Conde Nast annonce qu'il ne publiera plus de recettes de bœuf en raison des préoccupations climatiques

Epicurious est la base de données de recettes appartenant à Conde Nast qui a vraiment aidé à façonner les ressources de cuisine sur Internet en tant que véritable pionnier. C'est dans ce même rôle de pointe qu'il a annoncé lundi qu'il ne publierait plus de nouvelles recettes qui incluent du bœuf comme ingrédient dans un contexte de préoccupations croissantes concernant le changement climatique.

La politique a été adoptée il y a quelque temps mais n'a été annoncée que cette semaine Dans un article publié lundi, l'éditeur d'Epicurious a expliqué le raisonnement derrière la fin des nouvelles recettes de bœuf.

Nous croyons que ce que nous cuisinons, et comment nous le cuisinons, est une action puissante que n'importe qui peut prendre pour lutter contre le changement climatique. Notre mission chez Epicurious est de fournir une inspiration culinaire. Les idées de dîner que nous suggérons font souvent leur chemin de nos cuisines à la vôtre. S'abstenir de viande bovine signifie que nous pouvons utiliser nos ressources pour concentrer nos recettes sur des aliments plus respectueux du climat. Notre espoir est que plus notre couverture est durable, plus la cuisine américaine deviendra durable.

Plus tard, dans la même FAQ, Epicurious cite un expert en développement durable pour expliquer pourquoi la réduction de la consommation de bœuf peut avoir un réel impact sur l'environnement. « Le bétail contribue au changement climatique de plusieurs manières », déclare Sujatha Bergen du Conseil de défense des ressources naturelles a déclaré à Epicurious. “La première voie implique la quantité massive de maïs et de soja cultivés pour nourrir le bétail. "Il est cultivé à l'aide de pesticides et d'engrais, qui sont en fait produits à l'aide de combustibles fossiles - nous les appliquons partout dans le maïs et le soja que nous utilisons pour nourrir le bétail."

Il poursuit ensuite l'explicateur :

Le deuxième problème survient lorsque les vaches digèrent cette nourriture : via les éructations et les flatulences (oui, dans cet ordre), les vaches libèrent du méthane dans l'atmosphère. Et le méthane est un pollueur climatique particulièrement puissant, note Bergen. "C'est en fait environ 80 fois plus puissant en tant que pollueur climatique que le dioxyde de carbone", dit-elle. "C'est donc un autre endroit où [les vaches] produisent beaucoup, beaucoup de pollution climatique."

Lorsque cet aliment passe par la vache et finit par devenir du fumier, cela reste problématique. Et c'est la troisième contribution des vaches au changement climatique : épandu dans les champs ou stocké dans les lagunes, le fumier libère à la fois du protoxyde d'azote et du méthane dans l'atmosphère. En fait, le fumier est responsable d'environ 12 % des émissions totales de gaz à effet de serre du secteur agricole américain.

L'annonce d'Epicurious intervient à un moment où la consommation de bœuf est devenue un problème pour les médias conservateurs désireux de présenter l'administration Biden sous le jour le moins favorable, que ce soit vrai ou non.

Le week-end dernier, l'hôte de Fox Business et ancien conseiller économique de Trump Larry Kudlow suggéré que le président Joe Biden allait limiter le nombre de hamburgers que les Américains pouvaient consommer avec une sorte d'étrange mandat mensuel de viande. qui a suscité au moins une correction publique.

Il est vrai que la communauté scientifique constate que le gaz méthane libéré par les millions de vaches élevées et abattues pour une demande mondiale de bœuf a un effet délétère sur l'environnement en accélérant l'effet de serre qui provoque le réchauffement climatique. Il est également vrai que le Green New Deal cherche à limiter la quantité de viande de bœuf consommée, mais c'est très loin d'une politique à adopter, voire jamais.

Si les critiques devaient trouver quelque chose avec lequel ils pourraient contester ici, c'est qu'Epicurious ne fait vraiment rien de matériel en ne promettant aucune nouvelle recette de bœuf. S'ils étaient plus sérieux au sujet de la limitation de la consommation de bœuf, ils supprimeraient les recettes, mais vu qu'ils ne le sont pas, il semble qu'ils soient plus intéressés à signaler la vertu de leur préoccupation et à ne pas agir comme un catalyseur de changement environnemental.


Epicurious de Conde Nast annonce qu'il ne publiera plus de recettes de bœuf en raison des préoccupations climatiques

Epicurious est la base de données de recettes appartenant à Conde Nast qui a vraiment aidé à façonner les ressources de cuisine sur Internet en tant que véritable pionnier. C'est dans ce même rôle de pointe qu'il a annoncé lundi qu'il ne publierait plus de nouvelles recettes qui incluent du bœuf comme ingrédient dans un contexte de préoccupations croissantes concernant le changement climatique.

La politique a été adoptée il y a quelque temps mais n'a été annoncée que cette semaine Dans un article publié lundi, l'éditeur d'Epicurious a expliqué le raisonnement derrière la fin des nouvelles recettes de bœuf.

Nous croyons que ce que nous cuisinons, et comment nous le cuisinons, est une action puissante que n'importe qui peut prendre pour lutter contre le changement climatique. Notre mission chez Epicurious est de fournir une inspiration culinaire. Les idées de dîner que nous suggérons font souvent leur chemin de nos cuisines à la vôtre. S'abstenir de viande bovine signifie que nous pouvons utiliser nos ressources pour concentrer nos recettes sur des aliments plus respectueux du climat. Notre espoir est que plus notre couverture est durable, plus la cuisine américaine deviendra durable.

Plus tard, dans la même FAQ, Epicurious cite un expert en développement durable pour expliquer pourquoi la réduction de la consommation de bœuf peut avoir un réel impact sur l'environnement. « Le bétail contribue au changement climatique de plusieurs manières », déclare Sujatha Bergen du Conseil de défense des ressources naturelles a déclaré à Epicurious. “La première voie implique la quantité massive de maïs et de soja cultivés pour nourrir le bétail. "Il est cultivé à l'aide de pesticides et d'engrais, qui sont en fait produits à l'aide de combustibles fossiles - nous les appliquons partout dans le maïs et le soja que nous utilisons pour nourrir le bétail."

Il poursuit ensuite l'explicateur :

Le deuxième problème survient lorsque les vaches digèrent cette nourriture : via les éructations et les flatulences (oui, dans cet ordre), les vaches libèrent du méthane dans l'atmosphère. Et le méthane est un pollueur climatique particulièrement puissant, note Bergen. "C'est en fait environ 80 fois plus puissant en tant que pollueur climatique que le dioxyde de carbone", dit-elle. "C'est donc un autre endroit où [les vaches] produisent beaucoup, beaucoup de pollution climatique."

Lorsque cet aliment passe par la vache et finit par devenir du fumier, cela reste problématique. Et c'est la troisième contribution des vaches au changement climatique : épandu dans les champs ou stocké dans les lagunes, le fumier libère à la fois du protoxyde d'azote et du méthane dans l'atmosphère. En fait, le fumier est responsable d'environ 12 % des émissions totales de gaz à effet de serre du secteur agricole américain.

L'annonce d'Epicurious intervient à un moment où la consommation de bœuf est devenue un problème pour les médias conservateurs désireux de présenter l'administration Biden sous le jour le moins favorable, que ce soit vrai ou non.

Le week-end dernier, l'hôte de Fox Business et ancien conseiller économique de Trump Larry Kudlow suggéré que le président Joe Biden allait limiter le nombre de hamburgers que les Américains pouvaient consommer avec une sorte d'étrange mandat mensuel de viande. qui a suscité au moins une correction publique.

Il est vrai que la communauté scientifique constate que le gaz méthane libéré par les millions de vaches élevées et abattues pour une demande mondiale de bœuf a un effet délétère sur l'environnement en accélérant l'effet de serre qui provoque le réchauffement climatique. Il est également vrai que le Green New Deal cherche à limiter la quantité de viande de bœuf consommée, mais c'est très loin d'une politique à adopter, voire jamais.

Si les critiques devaient trouver quelque chose avec lequel ils pourraient contester ici, c'est qu'Epicurious ne fait vraiment rien de matériel en ne promettant aucune nouvelle recette de bœuf. S'ils étaient plus sérieux au sujet de la limitation de la consommation de bœuf, ils supprimeraient les recettes, mais vu qu'ils ne le sont pas, il semble qu'ils soient plus intéressés à signaler la vertu de leur préoccupation et à ne pas agir comme un catalyseur de changement environnemental.


Epicurious de Conde Nast annonce qu'il ne publiera plus de recettes de bœuf en raison des préoccupations climatiques

Epicurious est la base de données de recettes appartenant à Conde Nast qui a vraiment aidé à façonner les ressources de cuisine sur Internet en tant que véritable pionnier. C'est dans ce même rôle de pointe qu'il a annoncé lundi qu'il ne publierait plus de nouvelles recettes qui incluent du bœuf comme ingrédient dans un contexte de préoccupations croissantes concernant le changement climatique.

La politique a été adoptée il y a quelque temps mais n'a été annoncée que cette semaine Dans un article publié lundi, l'éditeur d'Epicurious a expliqué le raisonnement derrière la fin des nouvelles recettes de bœuf.

Nous croyons que ce que nous cuisinons, et comment nous le cuisinons, est une action puissante que n'importe qui peut prendre pour lutter contre le changement climatique. Notre mission chez Epicurious est de fournir une inspiration culinaire. Les idées de dîner que nous suggérons font souvent leur chemin de nos cuisines à la vôtre. S'abstenir de viande bovine signifie que nous pouvons utiliser nos ressources pour concentrer nos recettes sur des aliments plus respectueux du climat. Notre espoir est que plus notre couverture est durable, plus la cuisine américaine deviendra durable.

Plus tard, dans la même FAQ, Epicurious cite un expert en développement durable pour expliquer pourquoi la réduction de la consommation de bœuf peut avoir un réel impact sur l'environnement. « Le bétail contribue au changement climatique de plusieurs manières », déclare Sujatha Bergen du Conseil de défense des ressources naturelles a déclaré à Epicurious. “La première voie implique la quantité massive de maïs et de soja cultivés pour nourrir le bétail. "Il est cultivé à l'aide de pesticides et d'engrais, qui sont en fait produits à l'aide de combustibles fossiles - nous les appliquons partout dans le maïs et le soja que nous utilisons pour nourrir le bétail."

Il poursuit ensuite l'explicateur :

Le deuxième problème survient lorsque les vaches digèrent cette nourriture : via les éructations et les flatulences (oui, dans cet ordre), les vaches libèrent du méthane dans l'atmosphère. Et le méthane est un pollueur climatique particulièrement puissant, note Bergen. "C'est en fait environ 80 fois plus puissant en tant que pollueur climatique que le dioxyde de carbone", dit-elle. "C'est donc un autre endroit où [les vaches] produisent beaucoup, beaucoup de pollution climatique."

Lorsque cet aliment passe par la vache et finit par devenir du fumier, cela reste problématique. Et c'est la troisième contribution des vaches au changement climatique : épandu dans les champs ou stocké dans les lagunes, le fumier libère à la fois du protoxyde d'azote et du méthane dans l'atmosphère. En fait, le fumier est responsable d'environ 12 % des émissions totales de gaz à effet de serre du secteur agricole américain.

L'annonce d'Epicurious intervient à un moment où la consommation de bœuf est devenue un problème pour les médias conservateurs désireux de présenter l'administration Biden sous le jour le moins favorable, que ce soit vrai ou non.

Le week-end dernier, l'hôte de Fox Business et ancien conseiller économique de Trump Larry Kudlow suggéré que le président Joe Biden allait limiter le nombre de hamburgers que les Américains pouvaient consommer avec une sorte d'étrange mandat mensuel de viande. qui a suscité au moins une correction publique.

Il est vrai que la communauté scientifique constate que le gaz méthane libéré par les millions de vaches élevées et abattues pour une demande mondiale de bœuf a un effet délétère sur l'environnement en accélérant l'effet de serre qui provoque le réchauffement climatique. Il est également vrai que le Green New Deal cherche à limiter la quantité de viande de bœuf consommée, mais c'est très loin d'une politique à adopter, voire jamais.

Si les critiques devaient trouver quelque chose avec lequel ils pourraient contester ici, c'est qu'Epicurious ne fait vraiment rien de matériel en ne promettant aucune nouvelle recette de bœuf. S'ils étaient plus sérieux au sujet de la limitation de la consommation de bœuf, ils supprimeraient les recettes, mais vu qu'ils ne le sont pas, il semble qu'ils soient plus intéressés à signaler la vertu de leur préoccupation et à ne pas agir comme un catalyseur de changement environnemental.


Epicurious de Conde Nast annonce qu'il ne publiera plus de recettes de bœuf en raison des préoccupations climatiques

Epicurious est la base de données de recettes appartenant à Conde Nast qui a vraiment aidé à façonner les ressources de cuisine sur Internet en tant que véritable pionnier. C'est dans ce même rôle de pointe qu'il a annoncé lundi qu'il ne publierait plus de nouvelles recettes qui incluent du bœuf comme ingrédient dans un contexte de préoccupations croissantes concernant le changement climatique.

La politique a été adoptée il y a quelque temps mais n'a été annoncée que cette semaine Dans un article publié lundi, l'éditeur d'Epicurious a expliqué le raisonnement derrière la fin des nouvelles recettes de bœuf.

Nous croyons que ce que nous cuisinons, et comment nous le cuisinons, est une action puissante que n'importe qui peut prendre pour lutter contre le changement climatique. Notre mission chez Epicurious est de fournir une inspiration culinaire. Les idées de dîner que nous suggérons font souvent leur chemin de nos cuisines à la vôtre. S'abstenir de viande bovine signifie que nous pouvons utiliser nos ressources pour concentrer nos recettes sur des aliments plus respectueux du climat. Notre espoir est que plus notre couverture est durable, plus la cuisine américaine deviendra durable.

Plus tard, dans la même FAQ, Epicurious cite un expert en développement durable pour expliquer pourquoi la réduction de la consommation de bœuf peut avoir un réel impact sur l'environnement. « Le bétail contribue au changement climatique de plusieurs manières », déclare Sujatha Bergen du Conseil de défense des ressources naturelles a déclaré à Epicurious. “La première voie implique la quantité massive de maïs et de soja cultivés pour nourrir le bétail. "Il est cultivé à l'aide de pesticides et d'engrais, qui sont en fait produits à l'aide de combustibles fossiles - nous les appliquons partout dans le maïs et le soja que nous utilisons pour nourrir le bétail."

Il poursuit ensuite l'explicateur :

Le deuxième problème survient lorsque les vaches digèrent cette nourriture : via les éructations et les flatulences (oui, dans cet ordre), les vaches libèrent du méthane dans l'atmosphère. Et le méthane est un pollueur climatique particulièrement puissant, note Bergen. "C'est en fait environ 80 fois plus puissant en tant que pollueur climatique que le dioxyde de carbone", dit-elle. "C'est donc un autre endroit où [les vaches] produisent beaucoup, beaucoup de pollution climatique."

Lorsque cet aliment passe par la vache et finit par devenir du fumier, cela reste problématique. Et c'est la troisième contribution des vaches au changement climatique : épandu dans les champs ou stocké dans les lagunes, le fumier libère à la fois du protoxyde d'azote et du méthane dans l'atmosphère. En fait, le fumier est responsable d'environ 12 % des émissions totales de gaz à effet de serre du secteur agricole américain.

L'annonce d'Epicurious intervient à un moment où la consommation de bœuf est devenue un problème pour les médias conservateurs désireux de présenter l'administration Biden sous le jour le moins favorable, que ce soit vrai ou non.

Le week-end dernier, l'hôte de Fox Business et ancien conseiller économique de Trump Larry Kudlow suggéré que le président Joe Biden allait limiter le nombre de hamburgers que les Américains pouvaient consommer avec une sorte d'étrange mandat mensuel de viande. qui a suscité au moins une correction publique.

Il est vrai que la communauté scientifique constate que le gaz méthane libéré par les millions de vaches élevées et abattues pour une demande mondiale de bœuf a un effet délétère sur l'environnement en accélérant l'effet de serre qui provoque le réchauffement climatique. Il est également vrai que le Green New Deal cherche à limiter la quantité de viande de bœuf consommée, mais c'est très loin d'une politique à adopter, voire jamais.

Si les critiques devaient trouver quelque chose avec lequel ils pourraient contester ici, c'est qu'Epicurious ne fait vraiment rien de matériel en ne promettant aucune nouvelle recette de bœuf. If they were more serious about limiting beef consumption they would delete the recipes, but seeing as they are not, it appears that they are more interested in signaling the virtue of their concern, and not acting as a catalyst for environmental change.


Conde Nast’s Epicurious Announces it Won’t Publish Any More Beef Recipes Over Climate Concerns

Epicurious is the Conde Nast-owned recipe database that truly helped shape internet-based cooking resources as a true pioneer. It is in that same leading-edge role that it announced on Monday that it would no longer be publishing new recipes that include beef as an ingredient amid growing concerns over climate change.

The policy was adopted some time ago but was only announced this week In an article published Monday, the Editor of Epicurious explained the reasoning behind no more new beef recipes.

We believe that what we cook, and how we cook it, is a powerful action that anybody can take to fight climate change. Our mission at Epicurious is to provide cooking inspiration the dinner ideas we suggest often make their way from our kitchens to yours. Abstaining from beef means we can use our resources to focus our recipes on more climate-friendly foods. Our hope is that the more sustainable we make our coverage, the more sustainable American cooking will become.

Later, in the very same FAQ, Epicurious cites an expert on sustainability to explain why cutting beef consumption can have a real impact on the environment. “Cattle contribute to climate change in multiple ways,” says Sujatha Bergen of the Natural Resources Defense Council told Epicurious. “The first way involves the massive quantity of corn and soybeans grown to feed cattle. “It’s grown using pesticides and fertilizer, which are actually produced using fossil fuels…we apply them all over the corn and the soy that we use to feed cattle.”

It then continues the explainer:

The second issue occurs when the cows digest that feed: Via belching and flatulence (yes, in that order), cows release methane into the atmosphere. And methane is a particularly powerful climate polluter, Bergen notes. “It’s actually about 80 times more powerful as a climate polluter than carbon dioxide,” she says. “So that’s another place where [cows are] producing lots and lots of climate pollution.”

When that feed passes through the cow and eventually becomes manure, it remains problematic. And this is the third contribution cows make to climate change: Spread on fields or stored in lagoons, the manure releases both nitrous oxide and methane into the atmosphere. In fact, manure is responsible for about 12 percent of total greenhouse gas emissions from America’s agriculture sector.

Epicurious’s announcement comes at a time when beef consumption has become something of a wedge issue for conservative media eager to paint the Biden administration in the least favorable light, regardless if it is true or not.

Last weekend, Fox Business host and former Trump economic advisor Larry Kudlow suggested that President Joe Biden was going to limit the number of burgers Americans could consume with some sort of strange monthly meat mandate.” Despite the fact that isn’t true, it was picked up by numerous news and opinion programs on Fox News as though it were, which prompted at least one public correction.

It is true that the science community sees methane gas released by the millions of cows raised and slaughtered for a global beef demand does have a deleterious effect on the environment by hastening the greenhouse effect that causes global warming. It is also true that the Green New Deal seeks to limit the amount of beef consumed, but that is very far from any policy to be enacted, if ever.

If critics were to find something with which they could take issue here is that Epicurious isn’t really doing anything materially by pledging no new beef recipes. If they were more serious about limiting beef consumption they would delete the recipes, but seeing as they are not, it appears that they are more interested in signaling the virtue of their concern, and not acting as a catalyst for environmental change.


Conde Nast’s Epicurious Announces it Won’t Publish Any More Beef Recipes Over Climate Concerns

Epicurious is the Conde Nast-owned recipe database that truly helped shape internet-based cooking resources as a true pioneer. It is in that same leading-edge role that it announced on Monday that it would no longer be publishing new recipes that include beef as an ingredient amid growing concerns over climate change.

The policy was adopted some time ago but was only announced this week In an article published Monday, the Editor of Epicurious explained the reasoning behind no more new beef recipes.

We believe that what we cook, and how we cook it, is a powerful action that anybody can take to fight climate change. Our mission at Epicurious is to provide cooking inspiration the dinner ideas we suggest often make their way from our kitchens to yours. Abstaining from beef means we can use our resources to focus our recipes on more climate-friendly foods. Our hope is that the more sustainable we make our coverage, the more sustainable American cooking will become.

Later, in the very same FAQ, Epicurious cites an expert on sustainability to explain why cutting beef consumption can have a real impact on the environment. “Cattle contribute to climate change in multiple ways,” says Sujatha Bergen of the Natural Resources Defense Council told Epicurious. “The first way involves the massive quantity of corn and soybeans grown to feed cattle. “It’s grown using pesticides and fertilizer, which are actually produced using fossil fuels…we apply them all over the corn and the soy that we use to feed cattle.”

It then continues the explainer:

The second issue occurs when the cows digest that feed: Via belching and flatulence (yes, in that order), cows release methane into the atmosphere. And methane is a particularly powerful climate polluter, Bergen notes. “It’s actually about 80 times more powerful as a climate polluter than carbon dioxide,” she says. “So that’s another place where [cows are] producing lots and lots of climate pollution.”

When that feed passes through the cow and eventually becomes manure, it remains problematic. And this is the third contribution cows make to climate change: Spread on fields or stored in lagoons, the manure releases both nitrous oxide and methane into the atmosphere. In fact, manure is responsible for about 12 percent of total greenhouse gas emissions from America’s agriculture sector.

Epicurious’s announcement comes at a time when beef consumption has become something of a wedge issue for conservative media eager to paint the Biden administration in the least favorable light, regardless if it is true or not.

Last weekend, Fox Business host and former Trump economic advisor Larry Kudlow suggested that President Joe Biden was going to limit the number of burgers Americans could consume with some sort of strange monthly meat mandate.” Despite the fact that isn’t true, it was picked up by numerous news and opinion programs on Fox News as though it were, which prompted at least one public correction.

It is true that the science community sees methane gas released by the millions of cows raised and slaughtered for a global beef demand does have a deleterious effect on the environment by hastening the greenhouse effect that causes global warming. It is also true that the Green New Deal seeks to limit the amount of beef consumed, but that is very far from any policy to be enacted, if ever.

If critics were to find something with which they could take issue here is that Epicurious isn’t really doing anything materially by pledging no new beef recipes. If they were more serious about limiting beef consumption they would delete the recipes, but seeing as they are not, it appears that they are more interested in signaling the virtue of their concern, and not acting as a catalyst for environmental change.


Conde Nast’s Epicurious Announces it Won’t Publish Any More Beef Recipes Over Climate Concerns

Epicurious is the Conde Nast-owned recipe database that truly helped shape internet-based cooking resources as a true pioneer. It is in that same leading-edge role that it announced on Monday that it would no longer be publishing new recipes that include beef as an ingredient amid growing concerns over climate change.

The policy was adopted some time ago but was only announced this week In an article published Monday, the Editor of Epicurious explained the reasoning behind no more new beef recipes.

We believe that what we cook, and how we cook it, is a powerful action that anybody can take to fight climate change. Our mission at Epicurious is to provide cooking inspiration the dinner ideas we suggest often make their way from our kitchens to yours. Abstaining from beef means we can use our resources to focus our recipes on more climate-friendly foods. Our hope is that the more sustainable we make our coverage, the more sustainable American cooking will become.

Later, in the very same FAQ, Epicurious cites an expert on sustainability to explain why cutting beef consumption can have a real impact on the environment. “Cattle contribute to climate change in multiple ways,” says Sujatha Bergen of the Natural Resources Defense Council told Epicurious. “The first way involves the massive quantity of corn and soybeans grown to feed cattle. “It’s grown using pesticides and fertilizer, which are actually produced using fossil fuels…we apply them all over the corn and the soy that we use to feed cattle.”

It then continues the explainer:

The second issue occurs when the cows digest that feed: Via belching and flatulence (yes, in that order), cows release methane into the atmosphere. And methane is a particularly powerful climate polluter, Bergen notes. “It’s actually about 80 times more powerful as a climate polluter than carbon dioxide,” she says. “So that’s another place where [cows are] producing lots and lots of climate pollution.”

When that feed passes through the cow and eventually becomes manure, it remains problematic. And this is the third contribution cows make to climate change: Spread on fields or stored in lagoons, the manure releases both nitrous oxide and methane into the atmosphere. In fact, manure is responsible for about 12 percent of total greenhouse gas emissions from America’s agriculture sector.

Epicurious’s announcement comes at a time when beef consumption has become something of a wedge issue for conservative media eager to paint the Biden administration in the least favorable light, regardless if it is true or not.

Last weekend, Fox Business host and former Trump economic advisor Larry Kudlow suggested that President Joe Biden was going to limit the number of burgers Americans could consume with some sort of strange monthly meat mandate.” Despite the fact that isn’t true, it was picked up by numerous news and opinion programs on Fox News as though it were, which prompted at least one public correction.

It is true that the science community sees methane gas released by the millions of cows raised and slaughtered for a global beef demand does have a deleterious effect on the environment by hastening the greenhouse effect that causes global warming. It is also true that the Green New Deal seeks to limit the amount of beef consumed, but that is very far from any policy to be enacted, if ever.

If critics were to find something with which they could take issue here is that Epicurious isn’t really doing anything materially by pledging no new beef recipes. If they were more serious about limiting beef consumption they would delete the recipes, but seeing as they are not, it appears that they are more interested in signaling the virtue of their concern, and not acting as a catalyst for environmental change.


Voir la vidéo: Comment fonctionne le vaccin!? (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Abdel

    C'est un post! Fort. Merci.

  2. Warrane

    Je joins. C'était et avec moi. Nous pouvons communiquer sur ce thème.

  3. Teka

    J'espère que tu prendras la bonne décision.

  4. Roka

    Merci pour ce message

  5. Hallwell

    A mon avis tu te trompes. Je peux le prouver. Écrivez-moi en MP.

  6. Marin

    Je pense que vous faites une erreur. Je peux le prouver.

  7. Birkett

    Je considère que vous commettez une erreur. Je peux le prouver. Écrivez-moi dans PM, nous parlerons.



Écrire un message